•  

    Selon le modèle, une chauffe-eau solaire est équipé en moyenne de 3 à 5m² de capteurs et d’un ballon de 300 litres, suffisant pour un foyer de quatre personnes, le prix est entre 4000 et 6000 euros TTC pose incluse.

    Cependant, l’achat de ce matériel vous donne le droit à un crédit d’impôt sous condition d’une certification des capteurs selon des disposition fiscales en vigueurs.

    Pour en profiter, le logement équipé doit être votre résidence principale, que vous soyez propriétaire, locataire, ou occupant à titre gratuit et qu'il soit ancien, neuf ou encore en construction entre le 1er janvier 2006 et 31 décembre 2009. Le montant de ce crédit d'impôt est de 50% des dépenses nettes (subventions déduites, hors main d'œuvre).

    Le montant du crédit d'impôt est fixé à 8000 € pour une personne seule et à 16 000 € pour un couple marié soumis à l'imposition commune.


    votre commentaire
  •  

    Avec un peu d'imagination et en balayant ses idées reçues, on peut construire une maison écolo pour moins de 3000 $.

    La Tiny House propose de découvrir la construction d'une maison à base de terre cuite, de sable, de bois et de graviers. Pas de menuiserie alu pvc comme on trouve partout maintenant...

    On y donne tous les ingrédients, comme s'il s'agissait d'une simple recette de cuisine. Et si vous n'aimez pas la tambouille, c'est au minimum un très beau projet à découvrir.

    La maison coûte moins de 3000 $, c'est à dire environ 2100 €. Les ingrédients secrets ? Du temps et de l'enthousiasme... A ce prix là il en faut certainement !


    votre commentaire
  •  

    Pour les jardiniers amateurs lassés de l’entretien de leur joli tas de compost, ou bien pour ceux qui n’osent pas encore se lancer dans la grande aventure de la transformation de leur matière organique en amendement pour le jardin, voici la solution : un composteur autonome bien isolé et ventilé.

    Fabriqué en Finlande par Biolan, ce composteur est capable de produire un compost mi-mûr en huit petites semaines. Il a l’aspect d’un conteneur poubelle individuel et ne nécessite aucune énergie. Son secret : une excellente isolation et étanchéité ainsi qu’un système de ventilation naturelle approvisionnant le cœur du compost en oxygène, indispensable au processus de dégradation des matières. Il se « nourrit » de déchets de cuisine, de jardin, voire même de toilettes sèches. Livré avec divers accessoires et un mode d’emploi hyperdétaillé, il ne nécessitera aucun retournement s’il est approvisionné dans les règles de l’art. Vous pourrez en outre suivre l’évolution de sa température grâce au thermomètre intégré et au besoin régler vous-même l’apport en oxygène.


    Plus d’infos : 32 kg à vide (3,5 kg pour le couvercle), hauteur de remplissage de 105 cm. À partir de 650 € TTC (selon conditions de transport). Biolan cherche des distributeurs en France.


    votre commentaire
  •  

    La lessive

    La solution préférée des écolos, ce sont les noix de lavage. Riches en saponine, une lessive 100% naturelle, elles se compostent après 3 passages en machine. Pour améliorer leur efficacité et économiser l’eau, vous pouvez leur adjoindre des balles qui vont battre le linge – 2 ou 3 balles de tennis peuvent faire l’affaire. Pas 100% prête à aller jusque-là? Choisissez une poudre ou un liquide écologique. Et dans tous les cas, fuyez les perborates, les formaldéhydes, les éthers de glycol et les enzymes génétiquement modifiés.

    La quantité de produit

    Vous pouvez légèrement diminuer la dose indiquée sur l’emballage. Si votre linge est taché (herbe, cols de chemise pas nets, etc.), au lieu de mettre plus de détergent, traitez les salissures avant lavage: savon au fiel de bœuf, de Marseille ou détachant écologique feront l’affaire. Humidifiez, frottez et, au besoin, laissez tremper.

    La température

    L’activité enzymatique est à son maximum autour des 40°, autrement dit, c’est à basse température que les taches organiques s’en iront le mieux. Notez aussi qu’un cycle à 30° ou 40° consomme 3 fois moins d’énergie qu’un cycle à 90°.

    L’adoucissant

    Commencez par tester la dureté de votre eau. Si elle est douce, pas besoin d’adoucissant. Sinon, vous avez trois solutions:

    • Utilisez un adoucissant vert (marques Ecover ou Held).

    • Ajoutez un verre à moutarde de vinaigre blanc dans le tambour. Un seul bémol: son odeur, qui disparaît après séchage. Pour l’améliorer, ajoutez 2 gouttes d’huile essentielle d’orange, de lavande, ou de citron, qui parfumeront votre linge.

    • Investissez dans des aimants anticalcaires. En prime, ils battront votre linge presque aussi bien que les lavandières de jadis! (Ecolinge – ce modèle peut carrément remplacer votre produit à lessive.)

    Le lave-linge

    Choisissez un modèle pas trop gourmand en énergie  et avec une touche «éco». Remplissez bien le tambour, le faire tourner à moitié vide utilise autant d’eau et d’électricité que s’il était plein.

    Comment détartrer mon lave-linge?

    Faites tourner un cycle à vide à plus de 60° avec un litre de vinaigre d’alcool que vous versez directement dans le tambour.


    votre commentaire
  •  

    Si l'on comprend cela on doit aussi comprendre que le fait d'orienter vers les seuls citoyens (ou essentiellement vers les citoyens) des mesures visant à plus ou moins préserver notre environnement actuel (alors qu'il faudrait envisager le plus sérieusement du monde le restaurer...) est en soi profondément anti-écologique, et par là même "anti-environnemental" puisque l'un des ingrédients principaux de "l'écosystème" serait absent du train de mesures.

    Cet ingrédient principal est constitué des diverses instances sur lesquelles chaque citoyen n'a que très peu de prise : l'état, les structures superétatiques diverses, les entreprises... ce que j'ai appelé jusqu'à maintenant "l'autorité supérieure".

    Si les comportements individuels ont leur importance il faut bien comprendre qu'ils ne sont en rien "le tout".

    Et si seulement une fraction du "tout" manque dans ce "Grenelle de l'environnement" il lui manquera aussi l'essentiel de sa signification : les conséquences seront alors minimes par rapport à ce qu'elles devraient être pour que les chose qui doivent changer changent réellement.

    Rappelons par la même occasion que ce "tout" signifie qu'il faut que nous prenions A LA FOIS soin de notre environnement ET de la vie qui s'y déroule, cela nécessite de porter un oeil A LA FOIS sur la biodiversité, ET sur la pollution, ET sur nos modes de vie... sans rien dissocier ni rejeter.

    Cela inclut donc aussi bien le "social" que le strict "environnemental" : si l'on agit au nom de "l'écologie" il faut que l'on se soucie aussi bien des humains dans l'ensemble des aspects de leur vie (du pouvoir d'achat à la gestion des déchets, à la santé, aux loisirs... et aux grandes options prises pour les gouverner, domaine par domaine...) que des lombrics ou de la fonte des glaces...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires