•  

    Si les fans de mode vont à Paris, ceux de design, à Milan, la Mecque des écolos, c’est le quartier Vauban, à Fribourg-en-Brisgau, dans le sud de l’Allemagne. J’ai eu envie d’aller voir, le temps d’une fin de semaine, comment ça faisait d’y vivre. Impressions.

     

    De la gare, on saute dans un tram qui nous emmène directement à Vauban. Le quartier est situé à quinze minutes du centre historique de Fribourg-en-Brisgau. Jusqu’en 1992, ses 41 hectares étaient occupés par des militaires français. Quelques casernes ont été reconverties en logements, les autres, détruites et remplacées par des bâtiments écologiquement corrects.

     

    Celui où nous logeons est à basse consommation d’énergie, avec murs ultra-épais et fenêtres à triples vitrages. Plus silencieux, tu meurs. Mais dans la chambre, j’entends comme un souffle. Pétrifiée, j’imagine le pire – voleur planqué derrière le rideau, monstre tapi sous le lit…

     

    «C’est la ventilation contrôlée», me rassure l’homme, expert en constructions écolos. Je respire. La maison aussi, et c’est très bizarre, mais pas désagréable. L’air est toujours frais sans que l’on ait besoin de penser à aérer les trois fois dix minutes réglementaires par jour. Pratique.

     

    Au moment de descendre les stores, on constate qu’ils sont électriques. «Pas très écolo», on se dit, en espérant que quelques cellules photovoltaïques leur ont été dévolues. Un voisin nous apprendra que c’est le top côté isolation, contrairement aux systèmes à manivelles, champions pour créer des ponts de froid – le grand ennemi des maisons à basse conso énergétique.

     

    Le lendemain matin, en allant chercher le pain (bio) et la confiture (bio) au magasin (bio) du coin, on croise des tas de gens à vélo. La tendance: la petite remorque couverte où caser les mômes derrière la bicyclette. Les voitures n’ont pas droit de cité dans le quartier, des parkings leur sont réservés en périphérie. Résultat, les rues sont hypercalmes, toutes en chants d’oiseaux et cris d’enfants. Le tram, on l’entend à peine: de l’herbe pousse entre les voies, ce qui a le mérite d’en absorber le bruit. Vade retro béton, désherbant et tondeuse, la prairie est de tous les espaces verts! Les places de jeux, elles, sont en terre battue, les habitants ayant remarqué que par mauvais temps, les gosses ne s’y bousculaient pas.

     

    En me baladant dans les rues, j’ai une pensée pour l’architecte Hundertwasser, vous savez, ce type qui plante des arbres dans les maisons et refuse de tirer ses constructions au cordeau. L’endroit lui parlerait sûrement. Bon, on est en Allemagne, alors pas question de construire des bicoques biscornues. Mais pas un mur sans glycine qui l’escalade. Zéro haie de thuyas, à la place, des arbres en pagaille. Pas de barrières mais des empilements de branches coupées qui serviront d’abris à des animaux ou des murs en pierre sèche qui ne demandent qu’à être colonisés par des herbes folles. Et des maisons de toutes les couleurs, dont peu dépassent les cinq étages, toutes fonctionnant aux énergies renouvelables. On a même aperçu de petits immeubles construits en bottes de paille.

     

    Finalement, c’est ça qui m’a plu le plus à Vauban: la créativité qui s’exprime un peu partout. Ça m’a donné envie de remplacer ma terrasse en dalles de béton par des lattes en bois. Heureusement que les panneaux solaires sont déjà sur le toit !

     


    votre commentaire
  • suite du reportage

     

    Le lendemain matin, en allant chercher le pain (bio) et la confiture (bio) au magasin (bio) du coin, on croise des tas de gens à vélo. La tendance: la petite remorque couverte où caser les mômes derrière la bicyclette. Les voitures n’ont pas droit de cité dans le quartier, des parkings leur sont réservés en périphérie. Résultat, les rues sont hypercalmes, toutes en chants d’oiseaux et cris d’enfants. Le tram, on l’entend à peine: de l’herbe pousse entre les voies, ce qui a le mérite d’en absorber le bruit. Vade retro béton, désherbant et tondeuse, la prairie est de tous les espaces verts! Les places de jeux, elles, sont en terre battue, les habitants ayant remarqué que par mauvais temps, les gosses ne s’y bousculaient pas.

    En me baladant dans les rues, j’ai une pensée pour l’architecte Hundertwasser, vous savez, ce type qui plante des arbres dans les maisons et refuse de tirer ses constructions au cordeau. L’endroit lui parlerait sûrement. Bon, on est en Allemagne, alors pas question de construire des bicoques biscornues. Mais pas un mur sans glycine qui l’escalade. Zéro haie de thuyas, à la place, des arbres en pagaille. Pas de barrières mais des empilements de branches coupées qui serviront d’abris à des animaux ou des murs en pierre sèche qui ne demandent qu’à être colonisés par des herbes folles. Et des maisons de toutes les couleurs, dont peu dépassent les cinq étages, toutes fonctionnant aux énergies renouvelables. On a même aperçu de petits immeubles construits en bottes de paille.

    Finalement, c’est ça qui m’a plu le plus à Vauban: la créativité qui s’exprime un peu partout. Ça m’a donné envie de remplacer ma terrasse en dalles de béton par des lattes en bois. Heureusement que les panneaux solaires sont déjà sur le toit!


    votre commentaire
  •  

    Si les fans de mode vont à Paris, ceux de design, à Milan, la Mecque des écolos, c’est le quartier Vauban, à Fribourg-en-Brisgau, dans le sud de l’Allemagne. J’ai eu envie d’aller voir, le temps d’une fin de semaine, comment ça faisait d’y vivre. Impressions.

    De la gare, on saute dans un tram qui nous emmène directement à Vauban. Le quartier est situé à quinze minutes du centre historique de Fribourg-en-Brisgau. Jusqu’en 1992, ses 41 hectares étaient occupés par des militaires français. Quelques casernes ont été reconverties en logements, les autres, détruites et remplacées par des bâtiments écologiquement corrects.

    Celui où nous logeons est à basse consommation d’énergie, avec murs ultra-épais et fenêtres à triples vitrages. Plus silencieux, tu meurs. Mais dans la chambre, j’entends comme un souffle. Pétrifiée, j’imagine le pire – voleur planqué derrière le rideau, monstre tapi sous le lit…

    «C’est la ventilation contrôlée», me rassure l’homme, expert en constructions écolos. Je respire. La maison aussi, et c’est très bizarre, mais pas désagréable. L’air est toujours frais sans que l’on ait besoin de penser à aérer les trois fois dix minutes réglementaires par jour. Pratique.

    Au moment de descendre les stores, on constate qu’ils sont électriques. «Pas très écolo», on se dit, en espérant que quelques cellules photovoltaïques leur ont été dévolues. Un voisin nous apprendra que c’est le top côté isolation, contrairement aux systèmes à manivelles, champions pour créer des ponts de froid – le grand ennemi des maisons à basse conso énergétique.

     


    votre commentaire
  •  

    Sur Planète Terra, les gestes pratiques sont opérés par une famille lambda, qui décide de recycler ses cartouches d’imprimante, son ordinateur… court, concrêt et efficace. Un peu à l’image de VEGETOL et sa démarche minimaliste et incitative.

     

    Dans la série des éco-gestes immuables et basiques, la Fondation Nicolas Hulot a la sienne. Austère, mais complête.

     

    Les bons gestes de WWF sont à peu près les mêmes. Clips vidéos à velléités comiques avec la voix d’Alain Chabat, ils ont évidemment été parodiés

     

    Côté institutionnel, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie mène des campagnes de sensibilisation ponctuelles, comme la semaine de réduction des déchets et a mis en place, sur internet des outils pérennes, comme “le citoyen face au changement climatique”. On y mesure son impact écologique pour mieux le réduire. Encore faut-il avoir l’idée d’y aller.

     


    votre commentaire
  •  

    Le site videojug, plate-forme de vidéos qui conseillent sur tout et n’importe quoi, a sa rubrique verte, où l’on trouve interviews et vidéos pratiques (en anglais). Triviale mais néanmoins primée, Toilet Tank Trick, la plus regardée de la section, “permet d’économiser de l’eau, de l’argent, et sauver la planète” en ajoutant un volume dans la chasse d’eau pour en réduire le débit. Simple, mais efficace.

    Sur le site TreeHugger, blog vert participatif racheté cet été par Discovery Channel 7,3 millions d’euros, la rubrique How to green, se décline de la consommation d’eau, la voiture,  et les bébés. Là, on va jusqu’à souligner l’impact environnemental du nombre d’enfants et inciter à l’adoption, position qui montre les limites d’une déclinaison trop large du genre.

    En version française, on trouve des dossiers sur le site du magazine Ekwo, sur le mariage, la mode …
    Tout ceci a le mérite de n’être pas didactique et rabâché. Un peu promo tout de même, marques écolo, couches, vêtements, produits d’entretien y sont mis en avant pour la bonne cause.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique