•  

    Par une question légèrement différente, nous avons sondé la hiérarchie des priorités, selon les consommateurs :


    Question 4 :
    "Selon vous, pour produire moins de déchets, il faut d'abord... "( une seule réponse)

     

    1. Trier ses déchets

    2. Eviter les emballages

    3. Moins gaspiller

    4. Privilégier les bouteilles consignées

     

    Tableau 4

     

    Pour produire moins de déchets, il faut:

    2010
    N = 623

    2009
    N = 624

    Trier ses déchets

    44,5%

    39,6%

    Eviter les emballages

    23,6%

    24,2%

    Moins gaspiller

    16,7%

    19,2%

    Privilégier les bouteilles consignées

    14,9%

    16,7%

    NR

    0,3%

    0,3%

    Total

    100,0%

    100,0%

     

    Les réponses à cette question confirment que les gens mentionnent en premier lieu le tri des déchets comme solution pour la surproduction des déchets. En réalité, cette pratique certes utile, ne résout pas le problème de la production globale des déchets.

    Mais les campagnes de sensibilisation au tri demballages telles que celles de Fost Plus sont toutes axées sur le tri des déchets, à savoir leur gestion et non leur prévention. L'opinion publique place donc le tri en tête de la hiérarchie des gestes favorables à l'environnement, avant les items suivants: "éviter les emballages" (24%), moins gaspiller (17%) et privilégier les bouteilles consignées (15%).
    L'introduction des écoboni pour celles-ci devra donc être accompagnée d'une large information.

     


    votre commentaire
  •  

    Concrètement, que font les consommateurs ?

    Question 3 :

    "Si vous avez fait des efforts, sur quoi portent-ils ? (Je le fais / Je ne le fais pas)

    1. Trier les déchets ménagers

    2. Economiser l'énergie

    3. Economiser l'eau du robinet

    4. Acheter des produits qui respectent l'environnement

    5. Utiliser moins la voiture

    6. Eviter les emballages

    Tableau 3

    Efforts pour l'environnement

    Je le fais

    Je ne le fais pas

    Trier les déchets ménagers

    95,8%

    4,2%

    Economiser l'énergie

    81,8%

    18,2%

    Economiser l'eau du robinet

    75,3%

    24,7%

    Eviter les emballages

    58,8%

    41,2%

    Acheter des produits qui respectent l'environnement

    57,2%

    42,8%

    Utiliser moins la voiture

    33,3%

    66,7%

    Nous avons donc demandé à ceux qui déclarent avoir fait un effort pour protéger l'environnement, en quoi consistait concrètement cet effort. Pour les personnes interrogées, il s'agit avant tout de trier ses déchets ménagers (96%), mais aussi d'économiser l'énergie (82%) ou l'eau du robinet (75%).

    Eviter les emballages est mentionné par 59% des personnes et acheter des produits qui respectent l'environnement par 57%.
    Par contre seul un tiers des personnes (33,3%) mentionnent qu'elles utilisent moins la voiture. Il parait difficile de moins utiliser sa voiture, même dans une période de hausse du prix de l'essence. Sans doute une plus grande fréquence et une amélioration de la desserte des transports publics constitueraient-elles un incitant plus efficace.

    à suivre ...


    votre commentaire
  •  

    Qui est prêt à agir concrètement ?

    Question 2 :

    "Êtes-vous prêt(e) à faire un effort en tant que consommateur pour protéger l'environnement ?" (une seule réponse)

    1. Je fais déjà un effort

    2. Oui, je suis prêt à faire un effort

    3. Non, je ne suis pas prêt à faire un effort

    Tableau 2

    Prêt à faire un effort pour protéger l'environnement

    Wallonie 2010
    N = 623

    Je fais déjà un effort

    78,0%

    Prêt à faire un effort

    19,6%

    Pas prêt à faire un effort

    2,1%

    NR

    0,3%

    Total

    100,0%

    Il ressort que les consommateurs s'estiment également prêts à s'investir plus concrètement dans la protection de l'environnement: seuls 2% des consommateurs déclarent ne pas être prêts à faire un effort en ce sens. 78% déclarent avoir déjà fait un effort et 20% sont prêts à s'y mettre.

    Parmi les personnes qui déclarent avoir fait un effort pour protéger l'environnement, on retrouve plus de femmes (80%) que d'hommes (76%), davantage les 25-35 ans (83%) que de moins de 25 ans (71%), plus de revenus moyens - revenus mensuels nets de 50 à 120.000 fb - (82%) que de revenus modestes - moins de 50.000 fb - (76%). Ceux qui ont obtenu un diplôme supérieur ou universitaire (81%) sont également mieux représentés que ceux qui ont obtenu un diplôme primaire ou secondaire inférieur (74%).

    à suivre


    votre commentaire
  •  

    L'environnement, sujet d'inquiétudes

    Question 1:


    "Beaucoup de personnes se préoccupent de l'environnement et de la lutte (une seule réponse)

    1. Un problème immédiat et urgent

    2. Davantage un problème pour l'avenir

    3. Ce n'est pas un vrai problème

    Tableau 1

    Préoccupation pour l'environnement et lutte contre la pollution

    Wallonie 2000
    N = 623

    Wallonie 1999
    N = 624

    Un problème immédiat et urgent

    73,3%

    68,1%

    Davantage un problème pour l'avenir

    25,0%

    29,6%

    Ce n'est pas un vrai problème

    1,4%

    1,9%

    NR

    -

    0,3%

    Total

    100,0%

    100,0%

    Sept personnes sur dix déclarent que la lutte contre la pollution est un problème immédiat et urgent. 1% seulement considère que la protection de l'environnement ne constitue pas un réel problème, alors qu'ils sont 25% à juger qu'il s'agit "davantage d'un problème pour l'avenir».

    Cette question a été reprise des sondages d'opinion réalisés à la demande de la Commission européenne dans les 15 pays de l'U.E. en 1986, 1988, 1992, 1995 et 1999 (il n'y a pas eu de sondage en 2000).

     

    Source : Commission Européenne

    Le sentiment d'urgence devant les problèmes de l'environnement au sein de l'Union européenne a augmenté dans la période 1986-1992, mais a diminué dans la période 1992-1999. Même évolution en Belgique où entre 1995 et 1999, ce sentiment était parmi les plus bas des pays de l'U.E. L'enquête de l'eurobaromètre faite en mars- avril  indiquait un taux de 55% de personnes se sentant concernées en Belgique.
    Mais depuis l'an dernier, le sentiment d'urgence devant les problèmes de l'environnement est en hausse notoire  : 73% des personnes concernées en septembre 2010 (68% en septembre 2009). Les crises de la dioxine et de la vache folle ne sont probablement pas étrangères à cette augmentation.

     

    à suivre


    votre commentaire
  •  

    Résultats d'une enquête sur l'éco-consommation réalisée pour le Réseau Eco-Consommation auprès de 623 personnes en 2010

    Introduction

    Chaque année une enquête est réalisée par le CRIOC et la Sonecom pour le Réseau Eco-consommation. Elle vise à mesurer l'évolution des préoccupations des consommateurs pour l'environnement . D'une année à l'autre, des questions identiques permettent des comparaisons, d'autres changent, selon les problèmes du moment. En 2010, globalement les consommateurs se sont déclarés plus soucieux de l'environnement que l'année précédente. Pour transposer cette préoccupation en actes concrets, ils ne savent pas toujours comment faire... et parfois se trompent. Mais on constate aussi que les campagnes de sensibilisation portent leurs fruits...

    Résultats de l'enquête quantitative

    L'enquête quantitative a été réalisée par la Sonecom en octobre 2010 auprès de 623 personnes, sur base d'un questionnaire élaboré par le CRIOC. Elle visait à sonder un large public, soit les individus résidants en Belgique âgés de minimum 18 ans. La méthode utilisée est celle de l'échantillonnage par quotas : sexe, classe d'âge, statut socioprofessionnel et localisation géographique (arrondissement).

    à suivre

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique